It is currently Fri Oct 24, 2014 6:48 pm
All times are UTC - 5 hours


Welcome
Welcome to pesclassicstats

You are currently viewing our boards as a guest, which gives you limited access to view most discussions and access our other features. By joining our free community, you will have access to post topics, communicate privately with other members (PM), respond to polls, upload content, and access many other special features. In addition, registered members also see less advertisements. Registration is fast, simple, and absolutely free, so please, join our community today!


Post new topic Reply to topic  [ 3 posts ] 
Author Message
 Post subject: Milan 1987-1991 | The Arrigo Sacchi Era
PostPosted: Sat Nov 10, 2012 2:48 pm 
Offline
User avatar

Joined: Sat Aug 11, 2012 4:44 pm
Posts: 2182
Has thanked: 27 time
Have thanks: 45 time
ASSOCIAZIONE CALCIO MILAN 1987-1991
The Arrigo Sacchi Era


Image

Image

THE MILAN DUTCH TRIO
Frank Rijkaard - Marco Van Basten - Ruud Gullit


***



ASSOCIAZIONE CALCIO MILAN
1987-1988


Image

AC MILAN 1987-88 SERIE A CHAMPION
Standing: Nuciari, Van Basten, Colombo, F.Galli, G.Galli, Maldini, Gullit, Virdis and Third Goalkeeper.
Middle Row: Mussi, Ancelotti, Tassotti, Staff Member, Sacchi (Coach), Staff Member, Baresi, Costacurta and Zanoncelli.
Sitting: Bianchi, Bortolazzi, Evani, Donadoni, Cappellini and Massaro.



COACH: Arrigo SACCHI


GOALKEEPERS:

-ita- 1 Giovanni GALLI
-ita- 12 Giulio NUCIARI

DEFENDERS:

-ita- 2 Mauro TASSOTTI
-ita- 3 Paolo MALDINI
-ita- 5 Filippo GALLI
-ita- 6 Franco BARESI
-ita- 13 Alessandro COSTACURTA
-ita- 14 Roberto MUSSI
-ita- Walter BIANCHI
-ita- Francesco ZANONCELLI

MIDFIELDERS:

-ita- 4 Angelo COLOMBO
-ita- 7 Roberto DONADONI
-ita- 8 Carlo ANCELOTTI
-ita- 11 Alberigo EVANI
-ita- Mario BORTOLAZZI
-ita- Rufo Emiliano VERGA

FORWARDS:

-ita- 9 Pietro Paolo VIRDIS
-holl- 10 Ruud GULLIT
-ita- 15 Daniele MASSARO
-holl- 16 Marco VAN BASTEN
-ita- Graziano MANNARI
-ita- Massimiliano CAPPELLINI



4-4-2 FORMATION:

Image

GK G. GALLI
CB P. GALLI
SWP BARESI
RB TASSOTTI
LB MALDINI
DMF ANCELOTTI
CMF COLOMBO
RMF DONADONI
LMF EVANI
SS GULLIT
CF VIRDIS/VAN BASTEN

Captain: Franco Baresi
Short Free Kick: Alberigo Evani ?
Long Free Kick: Carlo Ancelotti ?
Free Kick 2: Ruud Gullit/Roberto Donadoni ?
Left Corner: Roberto Donadoni/Alberigo Evani ?
Right Corner: Alberigo Evani/Roberto Donadoni ?
Penalty: Franco Baresi/Marco Van Basten
Players to go up on free kicks and corners: Franco Baresi, Paolo Maldini ?

HONOURS:

Serie A: 1987-88 Champion

HOME & AWAY KITS: -


____________________________________________________________________________________




ASSOCIAZIONE CALCIO MILAN
1988-1989


Image

AC MILAN 1988-89 EUROPEAN CHAMPION
Standing: Maldini, Van Basten, Gullit, Ancelotti, Rijkaard and G. Galli.
Bended: Baresi, Donadoni, Costacurta, Colombo and Tassotti.



COACH: Arrigo SACCHI


GOALKEEPERS:

-ita- 1 Giovanni GALLI
-ita- 12 Davide PINATO

DEFENDERS:

-ita- 2 Mauro TASSOTTI
-ita- 3 Paolo MALDINI
-ita- 5 Alessandro COSTACURTA
-ita- 6 Franco BARESI
-ita- 13 Filippo GALLI
-ita- 14 Roberto MUSSI
-ita- Walter BIANCHI

MIDFIELDERS:

-ita- 4 Angelo COLOMBO
-ita- 7 Roberto DONADONI
-holl- 8 Frank RIJKAARD
-ita- 11 Carlo ANCELOTTI
-ita- 15 Alberigo EVANI
-ita- Fabio VIVIANI
-ita- Demetrio ALBERTINI
-ita- Rufo Emiliano VERGA
-ita- Christian LANTIGNOTTI

FORWARDS:

-holl- 9 Marco VAN BASTEN
-holl- 10 Ruud GULLIT
-ita- 16 Pietro Paolo VIRDIS
-ita- Graziano MANNARI
-ita- Massimiliano CAPPELLINI



4-4-2 FORMATION:

Image

GK G. GALLI
CB COSTACURTA
SWP BARESI
RB TASSOTTI
LB MALDINI
DMF ANCELOTTI
CMF RIJKAARD
RMF COLOMBO
LMF EVANI/DONADONI
SS GULLIT/VIRDIS
CF VAN BASTEN

Captain: Franco Baresi
Short Free Kick: Marco Van Basten ?
Long Free Kick: Carlo Ancelotti/Frank Rijkaard ?
Free Kick 2: Ruud Gullit/Alberigo Evani/Roberto Donadoni ?
Left Corner: Roberto Donadoni/Alberigo Evani ?
Right Corner: Alberigo Evani/Roberto Donadoni ?
Penalty: Marco Van Basten
Players to go up on free kicks and corners: Alessandro Costacurta, Paolo Maldini ?

HONOURS:

Serie A: Third place
Supercoppa Italiana: 1988
European Champion Clubs' Cup: 1988-89 Champion

HOME & AWAY KITS:

Image

Image

Image


____________________________________________________________________________________




ASSOCIAZIONE CALCIO MILAN
1989-1990


Image

AC MILAN 1989-90 EUROPEAN CHAMPION
Standing: Maldini, Rijkaard, Ancelotti, Gullit, Van Basten and G. Galli.
Bended: Colombo, Costacurta, Baresi, Evani and Tassotti.



COACH: Arrigo SACCHI


GOALKEEPERS:

-ita- 1 Giovanni GALLI
-ita- 12 Andrea PAZZAGLI

DEFENDERS:

-ita- 2 Mauro TASSOTTI
-ita- 3 Paolo MALDINI
-ita- 5 Alessandro COSTACURTA
-ita- 6 Franco BARESI
-ita- 13 Filippo GALLI
-ita- Stefano CAROBBI
-ita- Rufo Emiliano VERGA

MIDFIELDERS:

-ita- 4 Angelo COLOMBO
-ita- 7 Roberto DONADONI
-holl- 8 Frank RIJKAARD
-ita- 11 Carlo ANCELOTTI
-ita- 15 Alberigo EVANI
-ita- Diego FUSER
-ita- Giovanni STROPPA
-ita- Stefano SALVATORI
-ita- Demetrio ALBERTINI

FORWARDS:

-holl- 9 Marco VAN BASTEN
-holl- 10 Ruud GULLIT
-ita- 14 Daniele MASSARO
-ita- 15 Marco SIMONE
-ita- 16 Stefano BORGONOVO



4-4-2 FORMATION:

Image

GK G. GALLI/PAZZAGLI
CB COSTACURTA
SWP BARESI
RB TASSOTTI
LB MALDINI
DMF ANCELOTTI
CMF RIJKAARD
RMF DONADONI/COLOMBO
LMF EVANI
SS MASSARO/SIMONE (GULLIT)
CF VAN BASTEN

Gullit was the starter in the SS position but he played only 3 games in the season due to injuries

Captain: Franco Baresi
Short Free Kick: Marco Van Basten ?
Long Free Kick: Carlo Ancelotti/Frank Rijkaard ?
Free Kick 2: Ruud Gullit/Alberigo Evani/Roberto Donadoni ?
Left Corner: Roberto Donadoni/Alberigo Evani ?
Right Corner: Alberigo Evani/Roberto Donadoni ?
Penalty: Marco Van Basten
Players to go up on free kicks and corners: Alessandro Costacurta, Paolo Maldini ?

HONOURS:

Serie A: Runners-up
Coppa Italia: Runners-up
European Champion Clubs' Cup: 1989-90 Champion
European Super Cup: 1989 Winner
Intercontinental Cup: 1989 Winner

HOME & AWAY KITS:

Image

Image

Image


____________________________________________________________________________________




ASSOCIAZIONE CALCIO MILAN
1990-1991


Image

AC MILAN 1990-91 SEASON
Standing: Salvatori, Nava, Rijkaard, Third Goalkeeper, Pazzagli, Rossi, Tassotti , Maldini and Gullit.
Middle Row: F. Galli, Stroppa, Costacurta, Staff Members (Including Sacchi), Costi, Albertini and Carobbi.
Sitting: Carbone, Gaudenzi, Simone, Agostini, Baresi, Ancelotti, Donadoni, Evani, Van Basten and Massaro.



COACH: Arrigo SACCHI


GOALKEEPERS:

-ita- 1 Andrea PAZZAGLI
-ita- 12 Sebastiano ROSSI

DEFENDERS:

-ita- 2 Mauro TASSOTTI
-ita- 3 Paolo MALDINI
-ita- 5 Alessandro COSTACURTA
-ita- 6 Franco BARESI
-ita- 13 Filippo GALLI
-ita- Stefano NAVA
-ita- Stefano CAROBBI

MIDFIELDERS:

-ita- 4 Angelo CARBONE
-ita- 7 Roberto DONADONI
-holl- 8 Frank RIJKAARD
-ita- 11 Carlo ANCELOTTI
-ita- 14 Gianluca GAUDENZI
-ita- 15 Alberigo EVANI
-ita- Giovanni STROPPA
-ita- Stefano SALVATORI
-ita- Demetrio ALBERTINI

FORWARDS:

-holl- 9 Marco VAN BASTEN
-holl- 10 Ruud GULLIT
-ita- 16 Daniele MASSARO
-ita- Marco SIMONE
-ita- Massimo AGOSTINI



4-4-2 FORMATION:

Image

GK PAZZAGLI
CB COSTACURTA
SWP BARESI
RB TASSOTTI
LB MALDINI
DMF ANCELOTTI
CMF RIJKAARD
RMF DONADONI
LMF EVANI
SS GULLIT
CF VAN BASTEN

Captain: Franco Baresi
Short Free Kick: Marco Van Basten ?
Long Free Kick: Carlo Ancelotti/Frank Rijkaard ?
Free Kick 2: Ruud Gullit/Alberigo Evani/Roberto Donadoni ?
Left Corner: Roberto Donadoni/Alberigo Evani ?
Right Corner: Alberigo Evani/Roberto Donadoni ?
Penalty: Marco Van Basten
Players to go up on free kicks and corners: Alessandro Costacurta, Paolo Maldini ?

HONOURS:

Serie A: Runners-up
European Super Cup: 1990 Winner
Intercontinental Cup: 1990 Winner

HOME & AWAY KITS: -


____________________________________________________________________________________


INFOS:

Esquadrão Imortal - Milan 1988-1990
Year by year datas: 1987-88 , 1988-89 , 1989-90 , 1990-91

In French

Quote:
La Révolution Milanaise d'Arrigo SACCHI

On dit de lui qu’il préférait les schémas aux joueurs... L'entraîneur du grand Milan restera comme l’un des plus grands tacticiens – et l'un des plus novateurs – de l’ère moderne. Comment faisait-il jouer l'équipe de Baresi, Gullit et Van Basten?

Quel est le point commun entre Carlo Ancelotti (Milan AC), Roberto Donadoni (sélectionneur de la Squadra azzurra), Marco van Basten (sélectionneur des Pays-Bas), Franck Rijkaard (FC Barcelone) et Mauro Tassoti (entraîneur adjoint du Milan AC) ? Avant de devenir des entraîneurs au très haut niveau, tous ont été des joueurs phares du grand Milan AC, celui que dirigeait alors Arrigo Sacchi... et tous le considèrent comme le technicien qui aura le plus marqué leur carrière – tout comme Alberto Zaccheroni ou Rafael Benitez, qui se déplacèrent pour le voir travailler au début de leur carrière d’entraîneur.
Qu’apporta véritablement Arrigo Sacchi, aujourd’hui considéré, depuis ses années milanaises, comme l’un des principaux pionniers du football moderne, au même titre que Rinus Michels et Stephan Kovacs le furent avec l’Ajax Amsterdam au début des années 1970?

Un novice à Milan

Pour commencer, et à l’opposé des deux entraîneurs précités – ainsi que de la plupart de ceux qui officient dans les plus grands clubs d’Europe –, il fut un joueur médiocre qui arrêta rapidement la pratique sportive pour étudier le football sur le plan théorique en Hollande. Faute d’une expérience de footballeur, il construisit donc son savoir et sa carrière sur la base de ses réflexions, et non de sa pratique. De retour en Italie, il dirigea d’abord un certain nombre d’équipes de jeunes, puis d’équipes de divisions inférieures, avec des résultats très flatteurs. Il se fit ainsi remarquer du tout récent président du Milan AC, Silvio Berlusconi.

Celui-ci l’engagea lors de la saison 86-87, alors que Sacchi n’avait encore jamais entraîné d’équipe de Serie A. Arrigo, et ses idées bien arrêtées (comme par exemple de réaliser un minimum de deux entraînements par jour, là où la moyenne était de quatre entraînements par semaine), heurtèrent les joueurs en place. De mauvais résultats s’ensuivirent, tant l’incompréhension sur les méthodes de gestion du groupe fut grande, et la tactique mise en place rejetée par les joueurs.
Il fallut, avant un match crucial à Vérone, que Berlusconi lui-même attende chaque joueur à la sortie du vestiaire et leur glisse ce petit mot explicite: "Entre Sacchi et l’équipe, je choisis Sacchi". Le Milan gagna le match et entama une série ahurissante qui lui permit de gagner successivement le scudetto en 87/88, deux Coupes d’Europe des clubs champions en 89 et 90, deux Supercoupes d’Europe en 89 et 90, deux Coupes intercontinentales 90 et 91, une Coupe d’Italie en 89 et une Supercoupe d’Italie en 89.

Image

La méthode Sacchi

Arrigo Sacchi applique un 4-4-2 en zone. Il n’est ni le premier à jouer en zone, ni le premier à jouer en 4-4-2 (même si la tendance à l’époque, en Italie, est plutôt de jouer à trois défenseurs).

Pourtant, il invente une nouvelle approche: il ne s’agit plus seulement de jouer la défense de zone, mais de faire jouer chaque joueur dans une zone prédéfinie, y compris offensivement. Bien sûr, cette manière de jouer est aujourd’hui très répandue, mais lorsque Sacchi décide de la mettre en place, il s’agit d’une véritable révolution. Sa défense évolue en ligne, sans libero (ce qui, au pays du catenaccio, est un bouleversement) et joue systématiquement le hors-jeu, avec un pressing haut et permanent. Les défenseurs se situent d’ailleurs très souvent dans le camp adverse. Le bloc équipe devient très compact – les joueurs gardent toujours la même distance entre eux, au mètre près – et glissent côté ballon, en montant et descendant ensemble de manière très coordonnée (Fig. 1). Ce système mis en place par l’Italien est si imperméable que, lors de certains matches, le gardien du Milan AC ne touchera pas un seul ballon offensif. L’équipe finira championne avec quatorze buts encaissés...

Milan applique alors tout l’arsenal du football défensif actuel: le hors-jeu, le double marquage et la diagonale défensive... aussi bien au niveau de la ligne arrière que de la ligne du milieu de terrain: on voit, sur la Fig. 2, l’alignement de Donadoni, Rijkaard et Ancelotti sur la ligne du ballon. Autant d'éléments tactiques qui ne sont que très peu appliqués à cette époque.

Image

Le schéma et les hommes

La force de Sacchi aura cependant été de faire entrer dans un schéma de jeu des hommes qui n’y étaient pas adaptés à l’origine. On dira d’ailleurs longtemps que Sacchi préférait les schémas aux joueurs, parce qu’il n’avait pas été vraiment joueur lui-même. En fait, la réalité est plus complexe: son football, et la zone qu’il impliquait, donnait une grande importance à chaque joueur et à son imagination, mais toujours en rapport au schéma initial (ainsi, un Maradona, alors à Naples, n’aurait pas intéressé Sacchi). C’est-à-dire qu’un latéral gauche pouvait faire tout ce qui l’inspirait sur sa bande de terrain, à condition de ne pas le faire dans une autre partie du champ de jeu.

Il ne s’agit pas d’un principe qui limite l’imagination, mais qui limite l’anarchie. Selon Sacchi, un joueur devait suivre son propre instinct, mais son instinct ne pouvait pas tenir lieu d’idéologie ou de tactique. Ce sont les hommes qui font la réussite d’un schéma, mais un schéma doit être conçu pour tous. Le football n’est pas un jeu que l’on peut jouer seulement à l’instinct, parce qu’on joue avec onze individus, c’est-à-dire avec onze instincts. On ne progresse pas sans imagination, mais on ne progresse pas non plus dans la confusion.

Ce qu’il aura réussi au Milan AC, Sacchi aura beaucoup de mal à le réussir en équipe nationale, dont il sera le sélectionneur de 1991 à 1994, puis dans les quelques clubs qu’il entraînera ensuite. Son exigence est telle qu’il conduit souvent ses joueurs au bord de l’épuisement. Sa période milanaise terminée, Sacchi ne retrouvera plus d’équipe valorisant autant son génie tactique. Mais d’autres, après lui, comme Lippi ou Capello – qui lui succédera chez les Rossoneri – reprendront et adapteront ses thèses. Tout comme ses anciens joueurs devenus entraîneurs à leur tour... On n’a pas fini de faire référence à la révolution Sacchi.

Courtesy of www.cahiersdufootball.net

Spoiler:
Quote:
ARRIGO SACCHI : INITIATEUR DU FOOTBALL DES ANNEES 80 ?

Cet article est composé d’extraits d’un très long article réalisé par MARIO SCONCETTI pour le magazine Allenatore et intitulé : DE SACCHI A ZEMAN, CAPELLO ET LIPPI POUR ARRIVER JUSQU'À DESCARTES ET KANT. Il m’a semblé intéressant d’en publier les extraits ayant trait à Arrigo Sacchi que je considère personnellement comme l’entraîneur ayant marqué , au travers du Milan AC , un tournant dans la tactique footbalistique Italienne puis Européenne. A chacun de juger. Le titre , ainsi que les extraits choisis , sont de la seule responsabilité du webmaster.


Je crains qu'Arrigo SACCHI ne soit pas discutable. Ou au moins autant que Kant et Sigmund Freud. Ils peuvent avoir dit des choses vraies et d’autres moins vérifiables, mais l'important , c’est qu’il n'est pas discutable qu’ils aient si profondément influencé leur propre discipline jusqu'à en devenir un point de référence constante.

SACCHI a obtenu des résultats exceptionnels. Nous savons tous ce qu'il a gagné avec le Milan; tous ne savent pas qu’il tout de suite gagné dès sa première année d’entraîneur le championnat amateurs avec Fusignano. Il a gagné le titre de champion Primavera (c'est-à-dire des garçons jusqu'à 19 ans, les pépinières des équipes professionnelles) avec Cesena en gagnant 26 matches sur 32 et 5 nuls, en marquant 82 buts et en en encaissant que 10.
Pourquoi alors a t-il été si discuté? Je crois pour beaucoup de motifs. Avant tout parce qu’il a été un innovateur. Sur le papier nous sommes tous du côté du progrès, en réalité l'homme est naturellement conservateur. Les changements sont risqués, tout ce qui ne fait pas partie de nos habitudes est un danger. Nous aimons seulement ce que nous connaissons.

Du football nous exigeons à plus forte raison des assurances. Et un de nos points de référence. Nous lui confions une partie importante de notre quotidien, de lui nous voulons des certitudes. SACCHI a par contre renversé notre manière de vivre et voir le football. Il n'a pas été facile de le suivre. Il pose un problème très pratique et presque toujours sous-estimé. Jouer les prophètes à l'époque du renseignement quotidien et global est très difficile. Si je suis au contact continu avec la pensée du maître, si je vois sur son visage grandir les signes d'un rhume puissant, si je sais qu'il aime les pop-corn ou s'il se lève la nuit pour manger en cachette du nutella, on est moins porté à le prendre au sérieux. Comme mon voisin d’à côté. Et sur notre palier il ne grandit jamais de génies. Dans le football il y a une surexposition monstrueuse et tumultueuse supportable tant que les résultats soutiennent l'image. Mais quand les résultats viennent à manquer, il reste sur le seul plat notre inévitable et pas enthousiasmante normalité. De là apparaît notre besoin de la vengeance. Faire payer au maître, à sa diversité, tout le désordre auquel il nous a contraints.

L’histoire de SACCHI

SACCHI c'est un romagnolo de Fusignano , ville voisine de Ravenne. Il étudie la comptabilité et il joue au ballon. Son père est aisé. Il a une petite usine de chaussures. Le garçon grandit avec les parfums de la province. Il est naturel et sec, veut tout de suite la Porsche, il est écartelé entre l'exigence de changer le monde et celle de se réjouir de la petite richesse du père. Il tente la seconde voie, et trouve un emploi dans l'usine des SACCHI. Il arrête de jouer au football sans que le football s'en aperçoive. Il s'engoue des nouvelles voies hollandaises.
Ainsi un jour il décide de partir et se met à arpenter l'Europe en étudiant méticuleusement le football des autres. Il s’intéresse particulièrement à l’enseignement des jeunes. SACCHI pense que le nouveau football part de là. À quatorze ans un garçon apprend tout. Il saura appliquer la zone, le hors-jeu, le pressing, la diagonale, tout, parce qu'il a l'esprit libre. À vingt-cinq il est ce qu’il a déjà appris.

Quand il revient il sait quel doit être son devoir dans la vie. SACCHI reste profondément convaincu que les expériences internationales contribuent beaucoup à former un jeune footballeur. Quand il entraîne l’équipe Primavera du Cesena il veut que le club envoie aussi souvent qu'il le peut l'équipe jouer des tournois à l'étranger. Et cette équipe grandit comme un petit chef-d’œuvre, équilibrée et mûre. Ces garçons gagneront le championnat et ils finiront tous en série À ou B.

Son idée est que l’homme compte plus que le joueur. Dans le sens que si un footballeur n'est pas un homme sérieux ce ne sera jamais un bon footballeur. Sérieux signifie être humble, être toujours disponibles à apprendre, à faire des sacrifices; respecter la fatigue jusqu'à la comprendre nécessaire et bénite; jouer plus pour les autres que pour soi; comprendre que si un partenaire n'aide pas il n’est pas aidé et que si elle ne s'aide pas l'équipe n'existera pas. Il y a enfin tout un évangile de SACCHI qui est à la base de sa méthode de travail. Traduit sur le terrain, sa pensée signifie deux entraînements par jour, quelquefois trois, dans un monde où on ne va plus au-delà de trois séances hebdomadaires plus le match amical du jeudi. Il signifie régime, étude continue des mouvements propres et de ceux des adversaires; il signifie discussion continue sur ses propres limites, sur le propre d’être poussière et sur la prédisposition infinie à le redevenir Il signifie s'anéantir dans la pensée du football enfin, plonger dans un tunnel de professionnalisme excédé, inconnu.

Quand il arrive à Milan c'est un technicien jeune de 41 ans qui n'a jamais mis les pieds en série A. Silvio Berlusconi l'accueille déjà royalement à Milan et l'entoure de grandeur. SACCHI se défend avec sa faim de gloire, son évangile d'ascète et l'astuce sèche de sa terre. Il a les yeux spirituels, le sourire fixe. Comme Brera l’écrit, il semble souvent en conjonction directe avec Dieu. Ses joueurs ne l'écoutent pas. A Franco Baresi il fait voir les films de Signorini, le libéro de Parme en série B. Il n’est pas compris, il est sous-estimé, puis commencent les défaites, la méfiance arrive. Il se sent aux prises avec un devoir plus grand que lui. Après tout qui est il ?, c’est ce qu’on se demande dans les salons milanisti et, ce qui est pire, aussi dans les vestiaires. Ainsi un jour il les prend tous à part, il ferme les portes de Milanello et crie que lui est disposé à revenir à Fusignano mais qu’eux n’ont rien gagné et qu’ils ne gagneront rien. Je ne sais pas si c’est son parler vrai ou son charisme, mais le fait est que tous les Milanais ressortent gonflé comme un ballon. Berlusconi le respecte, il recommence à croire en lui. Et quand l'équipe s’en va jouer à Vérone pour un match crucial pour la saison, donc crucial pour SACCHI, le président se met à la porte du vestiaire. À tous les joueurs qui passent tour à tour il répète la même chose: « qu'entre SACCHI et l'équipe je choisis SACCHI ». Le message passe, le Milan gagne. Il n’arrêtera plus de le faire pendant très longtemps. Et cela en dit long sur le fait que pour avoir une grande équipe il est indispensable d'avoir un grand club.

Discussion sur la méthode de SACCHI

SACCHI n'invente pas un nouveau football mais une nouvelle manière de jouer le football. Il joue en zone et sur la base naturellement du 4-4-2. Il presse les adversaires dans leur moitié de terrain, il tient sa défense au niveau de la ligne de centre. Attaquer le Milan de cette époque est difficile. Rare sont les équipes qui réussissent. L'équipe est très courte, il a une seule pointe (Virdis) et beaucoup de joueurs polyvalents (Donadoni, Evani, Gullit, Ancellottti (note du webmaster aujourd’hui entraîneur du milan ).

Sur la droite Tassotti (note du webmaster aujourd’hui entraîneur adjoint du milan ).et Colombo effectuent le marquage et se superposent pour aller centrer; sur la gauche le jeune Maldini et Evani. Baresi joue en ligne avec les défenseurs et anime le hors-jeu. Mais ce qui est spectaculaire dans la méthode SACCHI c’est la capacité de jouer de manière collective. En général le jeu collectif ne se distingue pas du fait que la balle circule entre tous les joueurs de l'équipe, mais de leur mouvement total. Pour avoir un bon jeu cohérent les joueurs d’une équipe doivent se déplacer tous ensemble et dans le même moment vers la direction dans laquelle la balle est en train d'aller. Il n'est pas facile d’y arriver. Vous verrez souvent cinq à six joueurs se déplacer, mais pas tous. Cela signifie qu’il n'y a pas d'harmonie, qu'il y a une difficulté technique ou physique.
Le Milan de SACCHI quand il se déplace ressemble à la migration d'un peuple. Les joueurs descendent et montent non seulement tous ensemble, mais en restant à la même distance l’un de l'autre à un mètre près. Beaucoup de difficulté à jouer contre une machine si développée . Ils sont nombreux les matches pendant lequel le gardien de but Galli ne touchera pas la balle. Ces Milanais gagnent sur leur terrain sans jamais perdre en déplacement et en encaissant en tout 14 buts dans la saison.

Pourtant c'est un Milan qu'il ne se déplace pas beaucoup sans ballon. Il lui manque un grand meneur de jeu, il lui manque Rijkaard qui viendra l'année suivante. Ancelotti n’a pas le registre pour ce rôle, il le fait bien, mais de manière peu ronde, assez abrupte. Berlusconi dit que le Milan a un directeur d'orchestre mais qu'il ne connaît pas la musique. Il a raison. Mais Ancelotti saura bientôt trouver à l'oreille les temps justes. Ce sera je crois le meilleur Milan de SACCHI, l'exemple le plus total de football différent, aussi parce que ce fut le Milan le moins parfait des dix ans durant lesquels il continua à dominer.
SACCHI ne vaut pas que pour ses solutions techniques ou tactiques. Sa diversité reste dans la méthode de travail, sa grande contribution au football reste dans la culture de l'engagement qu’il a introduit. Il a toujours eu un fanatisme discret pour ses théories et le besoin de susciter les provocations. Toute son histoire dans le football est une provocation. Et il est le premier technicien italien parvenu en série À sans avoir un passé de footballeur. Liedholm innovait en partant des modèles de sa mémoire de joueur; SACCHI doit inventer.

L'homme ou le schéma?

Comme tous les fondamentalistes SACCHI a peu de doutes et il est très rigide. N'importe quel changement qui lui soit proposé, il l'interprète comme une tentative pour travailler moins. Sommation n'importe quel joueur qui ne soit pas enthousiaste de ses méthodes. Van Basten, un des plus grands attaquants du monde lui demande souvent: "Mister, pourquoi tu me traite comme les autres?" Et SACCHI lui répond régulièrement: " Parce que tu es intelligent et tu ne voudrais pas de traitement différent."

En effets Van Basten est l’un des plus inquiet sous le poids de la pression. Il se retrouve assez souvent remplacé. Alors il demande: "Mister, pourquoi"?. "Parce que tu étais en train de mal jouer." "Mais autres jouaient mal aussi." "Oui, mais les autres s'appliquaient." En général SACCHI demande beaucoup à ses joueurs, probablement trop. Paolo Maldini écrit dans son livre Le football, édition Sperling & Kupfer en 1996, « que la tactique de SACCHI était "une tactique dispendieuse. Après quelques années nous n'avons plus pu continuer sur ces rythmes. »
SACCHI entendait porter la pression sur la limite de la zone de rigueur adverse. Et une fatigue énorme, continue en découlait. Beaucoup de joueurs de grande qualité l’éprouvent . d’autres doivent s'adapter aux exigences tactiques du schéma «Sacchiano ». cela fait naître une légende et une équivoque. La légende est que SACCHI adapte toujours les hommes à son schéma et jamais le schéma aux hommes qu’il a à disposition. L'équivoque est cette même légende.
En réalité son football et la zone qu’il génère donne une grande importance d'une façon générale a chaque joueur et à son imagination, mais toujours en rapport au schéma. En quelques mots, un joueur latéral gauche sur cette bande peut faire tout ce qui l’inspire. Il ne peut pas le faire dans une autre partie du terrain. Ce n'est pas un principe qui limite l'imagination. C’est un principe qui limite l'anarchie. Un joueur doit suivre son propre instinct, mais l'instinct ne peut pas être une idéologie ni une tactique. La vérité reste toujours au milieu. Ce sont les hommes qui font la réussite d'un schéma, mais un schéma doit être pour tous. Le football n'est pas un jeu qu'on puisse suivre seulement à l'instinct parce qu'on joue avec onze individus, c'est-à-dire en suivant onze instincts. On ne progresse pas hors le triomphe de l'imagination, on progresse hors la confusion auto-limitatrice. Il est clair que si tu as Maradona dans l’équipe, tu le laisses choisir à qui donner la balle dans les vingt derniers mètres. Il y n'a pas schéma où tu limites celui-ci. Et s'il y en a, c'est un schéma simplement incorrect. Pour se trouver là à ce moment-là, même Maradona doit être en mouvement (donc bien entraîné) au milieu d'une équipe en mouvement. Il est important que la fantaisie dans le football se mettre au service de qui en a moins. (…)
Si on suit seulement l'imagination, il faut aller au but tout seul et ce n'est jamais facile. C’est prendre le maximum de risques avec peu de profit. Une sottise.

L'intégrisme de Zeman

Je crois que le schématisme de SACCHI a été au moins égal et contraire au schématisme de qui a voulu le juger. Il y n'a pas de doute que dans le football d'aujourd'hui quelques techniciens aient fini par être vraiment plus avancés parce qu'extrêmement schématiques. Zdenek Zeman est le maître de la second grosse vague fondamentaliste. Zeman est le plus intégriste. Depuis toujours il rencontre les mêmes valeurs et les mêmes limites, mais il ne change pas. (….) Il est certain que Zeman plus encore que SACCHI ne distingue pas entre joueur et joueur. Autant SACCHI est verbeux Autant Zeman est indéchiffrable et silencieux. Daniele Adani, un défenseur de Correggio, titulaire au Brescia qui se retrouva pendant quatre mois au Lazio de Zeman à vingt ans raconte ne jamais avoir entendu un mot de son technicien à son égard. Quand il trouva le courage de lui avouer l'offre d'un autre club, Zeman il lui dit qu'en étant jeune et bon, il devait accepter l'offre.
Plus généralement Zeman mise sur un intégrisme total. Il croit dans un football logique qui ne peut être qu'un. Pour l’appliquer qui faut être très entraîné. Ne pas faire de différences entre les footballeurs. Tous doivent faire les mêmes choses aussi bien au niveau de la préparation que de l'exécution. Qu’ils soient grands ou petits, lourds ou agiles.
Je ne sais pas dire si c’est un avantage, je me limite à avoir des doutes. Jusqu'à aujourd'hui ce football tiré à l'extrême a donné d’excellents résultats en phase de reconstruction d'un milieu, d'un projet, sans cependant rien gagner vraiment. C’est souvent une méthode spectaculaire (il y n'a pas doute que Zeman soit un excellent producteur de football) (…).

Les limites du « Sacchismo »

Les limites du « Sacchismo » sont que tous les techniciens ne sont pas SACCHI. Etre SACCHI signifie être un technicien qui entraîne beaucoup, qui étudie beaucoup, qui exige beaucoup. Un engagement à 360 degrés qu'aucun autre technicien n'a jamais montré. Sven Goran Eriksson par exemple qui est l’un des plus anciens et des plus affirmés sur le plan européen (malgré ses seulement cinquante ans il a gagné des compétitions majeures en Suède, en Italie et au Portugal), ne fait pas le travail de SACCHI. Il est plus technicien qu'entraîneur. Fabio CAPELLO aussi. Je ne crois pas que cela signifie une chose meilleure ou pire, simplement une autre chose. Eriksson vit avec ses joueurs, il est rigoureux du point de vue technique, il ne prétend pas enseigner du point de vue existentiel. Vivre et laisser vivre. Et il autorise la discussion. Quand il arriva en Italie, il y a une quinzaine d'années Eriksson jouait exclusivement un 4-4-2 intégral élaboré en Suède sur une nette inspiration anglaise. Puis il est passé au 3-5-2 à la Sampdoria, au 4-3-3 dans la première partie de son histoire à la Lazio, pour ensuite revenir au 4-4-2. Un « Sacchista » ne l'aurait jamais fait.

Vous ne verrez jamais Zeman mettre un défenseur à la place d'un milieu de terrain ou vice versa. Un homme de côté remplacera un homme de côté; un central un central et ainsi de suite. Ils peuvent changer les hommes pas le schéma. Celui-ci pour certains est une limite. Selon Zeman c'est une force. Il est clair qu’une certaine rigidité porte toujours aux moments de frottement avec des joueurs à forte personnalité. Joueurs qui ne croient ni juste ni opportun de trop se sacrifier à l’entraînement; joueurs qui ont beaucoup besoin de motivations en match . Il est clair enfin que le football comme la vie sont faits d'individus, chacun avec ses propres lunes et ses propres particularités. Gérer des hommes signifie les connaître et tenir compte de tout ce que nous savons sur chacun d'eux. Etre dur, exigeants avec ce type de joueurs est il toujours juste? Est il surtout toujours en accord avec les intérêts du club? Alen Boksic quand il jouait avec Zeman était toujours blessé et mécontent. Le même Zeman ne cachait pas son envie de le céder. Même chose pour Van Basten, Baggio et Panucci avec SACCHI. Même chose pour Romario et Ortega avec Ranieri. Et les exemples pourraient continuer à l'infini. (…)

Différences entre jeu en zones depuis Sacchi

Jouer la zone est maintenant très peu indicatif du comportement d'une équipe. Enormément d’équipes jouent en zone. Le problème est comment. La zone de CAPELLO n'est pas celle de SACCHI et encore moins celle de Zeman. Mais il n'est pas celle de Malesani non plus, à son tour différente de toutes les autres. Lippi a sa manière de faire la zone, avec beaucoup d'agressivité et d’attention, presque une voie italienne à la zone, avec des marquages fixes et la capacité à changer de système au cours du même match.

Qu'est-ce qui différencie une zone de l'autre? D'une façon générale la manière de faire le pressing et de chercher le hors-jeu. On peut faire le pressing à la moitié du terrain, aux trois quarts du terrain ou près de la zone de rigueur adverse. Le pressing est définit "haut" ,’’ médian’’ ou ‘bas’ selon que l’on se rapproche de la zone de rigueur des autres. Plus on est dans la moitié de terrain adverse et plus le pressing est "haut." Le pressing est naturellement plus fatiguant et coûteux en énergie quand il placé haut parce que cela signifie que toute l'équipe est appelée à le faire constamment.
Chacun tâche de ne pas prendre de but en évitant au sens littéral que l’adversaire n’entre dans notre moitié de terrain. D'autre part, si la défense est placées sur la ligne de milieu de terrain, aller au-delà d’elle sans finir hors-jeu pour l’adversaire est très difficile. En substance il s'agit d'écraser les adversaires physiquement dans leur moitié de terrain en les pressant dès qu’ils entrent en possession de la balle. Ce type de zone est très suggestif et presque impossible. C'était la zone des premiers années SACCHI, mais elle n’est maintenant plus qu'une expression romantique. Irréalisable sauf quelques minutes dans un match .
Une pression plus humaine caractérise la zone de Fabio CAPELLO. Le «il faut absolument faire » de CAPELLO succéda à l'épuisement de SACCHI. L'équipe ne supportait plus les charges de travail de ce système. CAPELLO porta le pressing plus bas et le transforma pour beaucoup de traits en forcing. Quelle est la différence? Simple. Le pressing est l'attaque simultanée de deux ou trois joueur sur le porteur de balle. Si on attaque l'adversaire avec le ballon avec un seul homme, ca s'appelle forcing. La différence est considérable et elle implique un modèle de jeu presque tout à fait différent. Faire presser un homme par un autre homme est normal. Le forcing s’est quand tous pressent avec fougue leurs propres adversaires désignés;. Presser avec deux-trois joueurs l'adversaire qui porte le ballon signifie se trouver en infériorité numérique quelque part sur une autre partie du terrain. cela signifie que si trois hommes sont dans cette zone du terrain, des hommes manqueront sur au moins deux autres zones. Et la supériorité numérique est à la base du but.
Si vous analysez chaque but attentivement vous trouverez qu'en cause directe ou indirecte il apparaît toujours un moment de supériorité numérique. Cela signifie qui si le pressing réussit, vous récupérez le ballon et commence le contre-pied collectif. Si l'adversaire passe le ballon à un partenaire, il signifie que le pressing doit se déplacer sur ce secteur mais l'équilibre du jeu pour le moment n’est plus respecté. Et si l'adversaire réussit à se libérer du pressing, l'équipe est immédiatement en grande difficulté parce qu'en infériorité numérique nette.
Cette nécessité de ne pas être dépassé fait qu’il faut recourir à la faute chaque fois qu'on est collectivement éliminé. C’est la célèbre faute tactique que voyons au moins une trentaine de fois dans chaque match.

Le football selon Descartes et Kant

Le football est en tout, une science inexacte, mais de plus en plus vraie et profonde. Si aujourd'hui nous avions un Descartes qui cherchât une certitude mathématique non pas sur l'existence du football, mais sur son application correcte, il la trouverait peut-être dans la défense des espaces, vrai problème avec lequel n'importe quel schéma doit être comparer. "je joue, donc je couvre", en laissant aux autres choisir la manière de couvrir. Mais en tâchant de répondre à la question du caractère scientifique du football, je crois qu'à ce point aussi Kant donnerait une réponse affirmative. Selon ses critères, le football est science car pouvant se baser sur des jugements synthétiques à priori comme les mathématiques et la physique. Si je dis "ce football se base sur la couverture exacte des espaces", je donne en effet un jugement synthétique parce que j'ajoute quelque chose au sujet de la phrase ("ce football"), et un jugement à priori parce que fondé sur l'intuition pure de l’espace.
Le football est une science enfin à tous les effets. La science du reste n'est pas vérité mais recherche continue de la vérité. Et comme toutes les sciences, le football aussi donne souvent des résultats inexacts. (…). La grandeur du football reste donc dans son imperfection, puisse que c'est la nôtre. Le football est comme nous, il répond à nos exigences. Il n'est pas hasard que ses schémas aient toujours suivi nos évolutions sociales. Si le football à l'italienne était le football de l'après-guerre d'une nation battue condamnée à se débrouiller, le football total des Hollandais a été celui d'un nouvel humanisme. Et celui SACCHI a représenté un monde miroir, dans la sûreté et dans l'arrogance d’un Reagan, dans la victoire et dans l'amusement des forts. Comme le retour à une prudence de principe, à un choix moins émotif, plus complexe et pensé, correspond au football des années 90-2000, un peu sacré et un peu réaliste, assez dépourvu d'illusions fortes, mais décidé à aller de l’avant.

Courtesy of www.entraineurdefoot.com

_________________
Image


My guitar wants to kill your Mama


Top
 Profile  
 
 
 Post subject: Re: Milan 1987-1991 | The Arrigo Sacchi Era
PostPosted: Wed Jun 05, 2013 11:39 am 
Offline
User avatar

Joined: Sat Aug 11, 2012 4:44 pm
Posts: 2182
Has thanked: 27 time
Have thanks: 45 time


Carlo Ancelotti Vs Juventus 88/89 By Zouzinho

_________________
Image


My guitar wants to kill your Mama


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Milan 1987-1991 | The Arrigo Sacchi Era
PostPosted: Sun Sep 22, 2013 9:55 am 
Offline
User avatar

Joined: Sat Aug 11, 2012 4:44 pm
Posts: 2182
Has thanked: 27 time
Have thanks: 45 time
Splitted in season by season teams.

The previous "all in one" post:

Spoiler:
ASSOCIAZIONE CALCIO MILAN 1987-1991
The Arrigo Sacchi Era


Image

Image

AC MILAN 1987-88 SERIE A CHAMPION
Standing: Maldini, Van Basten, Gullit, Ancelotti, Rijkaard and G. Galli.
Bended: Baresi, Donadoni, Costacurta, Colombo and Tassotti.



COACH: Arrigo SACCHI


GOALKEEPERS:

-ita- 1 Giovanni GALLI
-ita- 12 Andrea PAZZAGLI

DEFENDERS:

-ita- 2 Mauro TASSOTTI
-ita- 3 Paolo MALDINI
-ita- 5 Alessandro COSTACURTA
-ita- 6 Franco BARESI
-ita- 13 Filippo GALLI
-ita- 14 Roberto MUSSI
-ita- Stefano CAROBBI

MIDFIELDERS:

-ita- 4 Angelo COLOMBO
-ita- 7 Roberto DONADONI
-holl- 8 Frank RIJKAARD
-ita- 11 Carlo ANCELOTTI
-ita- 15 Alberigo EVANI
-ita- Diego FUSER
-ita- Angelo CARBONE
-ita- Giovanni STROPPA
-ita- Gianluca GAUDENZI

FORWARDS:

-holl- 9 Marco VAN BASTEN
-holl- 10 Ruud GULLIT
-ita- 16 Pietro Paolo VIRDIS
-ita- Marco SIMONE
-ita- Daniele MASSARO


RESERVE PLAYERS:

GOALKEEPERS:
-ita- Davide PINATO
-ita- Sebastiano ROSSI

MIDFIELDERS:
-ita- Fabio VIVIANI
-ita- Mario BORTOLAZZI
-ita- Stefano SALVATORI
-ita- Christian LANTIGNOTTI

FORWARDS:
-ita- Graziano MANNARI
-ita- Massimo AGOSTINI
-ita- Stefano BORGONOVO


4-4-2 FORMATION:


Image

GK G. GALLI
CB COSTACURTA
SWP BARESI
RSB TASSOTTI
LSB MALDINI
CMF RIJKAARD
CMF ANCELOTTI
RMF DONADONI/COLOMBO
LMF EVANI/DONADONI
SS GULLIT
CF VAN BASTEN

Captains: Franco Baresi/Mauro Tassotti (2nd Captain)
Short Free Kick: Marco Van Basten ?
Long Free Kick: Carlo Ancelotti/Frank Rijkaard ?
Free Kick 2: Ruud Gullit ?
Left Corner: Roberto Donadoni ?
Right Corner: Roberto Donadoni ?
Penalty: Marco Van Basten/Ruud Gullit ?
Players to go up on free kicks and corners: Alessandro Costacurta, Paolo Maldini ?

HONOURS:

Serie A: 1987-88, Third place in 1988-89, Runners-up in 1989-90 and 1990-91
Coppa Italia: Runners-up in 1989-90
Supercoppa Italiana: 1988

European Champion Clubs' Cup: 1988-89, 1989-90
European Super Cup: 1989, 1990
Intercontinental Cup: 1989, 1990

HOME & AWAY KITS:

Image

Image

Image

Image

Image

Image

INFOS:

Esquadrão Imortal - Milan 1988-1990

_________________
Image


My guitar wants to kill your Mama


Top
 Profile  
 
Display posts from previous:  Sort by  
Post new topic Reply to topic  [ 3 posts ] 

It is currently Fri Oct 24, 2014 6:48 pm
All times are UTC - 5 hours

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 0 guests


You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot post attachments in this forum

  

suspicion-preferred